Les trois leviers utilisés par la sophrologie.

Sophrologie pour les nuls (2ème partie) Un peu de teasing…

Dans mon précédent article (Sophrologie pour les Nuls 1- Les Fondamentaux), je vous exposais dans les grandes lignes, l’histoire de la sophrologie et ses concepts sous-jacents. Aujourd’hui je vais faire un peu de teasing et vous parler des « moyens » utilisés en séance… Pour les incorrigibles rationnels, et les esprits curieux, qui veulent toujours comprendre comment qu’ça marche, voici les 3 leviers utilisés par la sophrologie :

La respiration

La respiration : abdominale, bloquée, expirations fortes ou, au contraire, longues et douces…
La maîtrise du souffle permet la bonne oxygénation du cerveau et un état de concentration maximal. Les neurobiologistes s’accordent pour dire que focaliser son attention déplace l’activité cérébrale des émotions négatives vers les positives (non, non, ce n’est pas de l’abus de pouvoir !!)
La respiration “abdominale” est idéale, mais ne culpabilisez-pas : chacun a sa manière de respirer !

La détente musculaire

Edmund Jacobson, professeur de physiologie, a mis en évidence le lien entre tonus musculaire et système nerveux. Contracter et relâcher les muscles va mettre le cortex (ce petit hamster fou !) au repos, en relaxant directement le périphérique de ce système cérébro-neuro-musculaire. La diminution de ces tensions atténue l’impact émotionnel (et hop ! le hamster arrête de courir dans sa roue !)
La détente une fois installée, le sophrologue vous mènera vers un état de conscience modifié, le niveau « sophroliminal ». Dans cet état, le cerveau émet des ondes de type alpha. Ces ondes sont le résultat de l’activité électrique de nos neurones, elles surviennent dans un état de détente maximal, à la limite du sommeil.
Le cerveau est loin d’avoir livré tous ses secrets, mais je suis prête à vous donner quelques tuyaux…

La visualisation positive ou suggestion mentale

Grâce à vos neurones-miroirs, observer un mouvement active dans le cerveau les mêmes zones que si vous l’aviez vraiment réalisé ! Visualiser des scènes positives en rapport avec votre objectif est donc la clé. (Oui, je sais, je parle comme Maître Yoda !)
En état de conscience modifié, le cerveau ne fait pas de différence entre ce qui est imaginé et ce qui est réellement vécu. Vous allez donc pouvoir modifier vos câblages cérébraux (la fameuse neuroplasticité)… alors… elle est pas belle la vie ?!

La suite au prochain épisode…

Maintenant que vous connaissez les dessous de l’affaire, je vous livrerai dans mon prochain article les secrets du déroulé d’une séance de sophrologie réussie…

Pour conclure, bien que notre cerveau demeure mystérieux (en particulier celui des hipsters, mais c’est un autre sujet !), sachez que des expériences ont prouvé l’efficacité de la sophrologie :
Par exemple, au C.H.U de Montpellier, les médecins ont constaté que 45mn de sophrologie avant une chirurgie cardiaque « lourde » en réduisait de 30% les effets secondaires…

Je vous laisse imaginer tout le bien que ça pourrait vous faire, à vous aussi !